OSTEOPATHIE ET MIGRAINES

 

  1. Reconnaître une migraine :

Les migraines représentent une catégorie précise de maux de têtes qu’il est important de savoir reconnaître afin d’offrir une prise en charge complète du patient et de ses symptômes. La reconnaissance des signes et symptômes suivants peuvent aider le patient à différencier une migraines d’un autre type de céphalée (maux de tête) :

  • Une migraine sera la plupart du temps unilatérale. Le mot migraine vient effectivement du Grec ancien émikrânion se traduisant par « moitié du crâne ».
  • En cas de crise aigue, des sensations nauséeuses peuvent être reportées par le malade.
  • Certaines migraines dites « ophtalmiques » peuvent induire des troubles de la vision
  • Sensibilités à la lumière (photophobie) et au son : le patient nécessite calme et ombre afin d’atténuer la puissance de sa migraine
  • Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes par les migraines.

Dans des cas extrêmes, certain de ces symptômes peuvent s’apparenter à ceux d’un AVC (accident vasculaire cérébral). En cas d’apparition nouvelle soudaine de ces derniers, associé avec une perte d’équilibre, une perte rapide de réflexes, d’équilibre et l’élocution, appelez immédiatement le SAMU (15)

En cas de symptômes récurrents, une visite chez votre généraliste pourra vous aider à comprendre et à appréhender vos migraines de manière durable et efficace.

  1. Les causes de migraines :

Les migraines peuvent être multifactorielles. Certains patients pourront rapporter des symptômes similaires tout en ayant deux schéma pathophysiologiques différents.

Bien que certains traitements médicamenteux puissent soulager les symptômes de migraine, en trouver la cause s’avère encore être un grand défi posé à la communauté scientifique.

Les professionnels de santé arrivent généralement à se mettre d’accord sur certaines causes connues de manière empirique, mais les recherches scientifiques ont encore énormément à apporter à la compréhension de cette condition.

  • Hérédité : c’est la seule cause réellement connue et approuvée par une batterie de recherches et revues de littérature atteignant un consensus viable dans le monde des statistiques.
  • Alimentation : certains aliments tels que ceux contenant des sulfites (vin, certains poissons…) ou autres nutriments induisant un dérèglement du système de vasodilatation/vasoconstriction (chocolat, aspartame, glutamates…).
  • Changements climatiques : Un changement brutal de température, ou de pression atmosphérique peut parfois être suffisant pour déclencher une migraine.
  • Psycho-émotionnel : Les états dépressifs ou le stress quotidien peuvent induire des symptômes migraineux
  • Fatigue/manque de sommeil : Le dérèglement du cycle circadien peut aussi influencer les symptômes.
  • Hormonal : Certaines femmes peuvent se plaindre de migraines récurrentes et cyclique lors de leurs menstruations.

Ainsi, trouver la, ou les causes de vos migraines vous permettront de les appréhender efficacement afin d’en réduire la fréquence et l’intensité. Un suivi pluridisciplinaire est bien souvent nécessaire afin d’appréhender aux mieux cette affliction.

  1. Prises en charge des migraines :

a. Le traitement pharmaceutique:

Votre médecin jugera de la justesse du traitement médicamenteux selon l’intensité et la récurrence de vos symptômes. Deux types de traitements peuvent être proposés, conjointement ou non :

En cas de crise :

  • Anti-inflammatoires non-stéroïdiens
  • Opiacés
  • Triptans

Ces traitements, essentiels à la réduction de symptômes intenses, sont malheureusement bien souvent accompagnés d’effets secondaires notoires tels que l’accoutumance, la perte d’équilibre, l’addiction, des vertiges hypothermie ou hyperthermie…

Traitement de fond :

Pris quotidiennement pendant une durée d’au moins 6 mois, ces traitements se doivent d’être suivi de manière rigoureuse, tant par le patient que par son médecin traitant.

Ces traitements de fonds peuvent s’avérer efficace, mais posent encore le problème récurrent propre à presque tout traitement pharmaceutiques ; les effets secondaires.

Afin d’intégrer cette prise en charge pharmaceutique, des alternatives biopsychosociales sont possibles.

  1. Les alternatives non médicamenteuses :

L’approche complémentaire à un suivi pharmaceutique indispensable aux migraineux réside principalement en une prise en charge globale et pluridisciplinaire. Selon la cause des migraines, le patient pourra tirer bénéfice de certaines thérapies complémentaires tels que la psychothérapie, la sophrologie (ou autre thérapie relaxante), l’hypnose certaines thérapies manuelles tels que l’ostéopathie1, et bien-sûr, une restructuration de son hygiène et qualité de vie.

  1. Ostéopathie et migraines :

La prétention de l’ostéopathe à proposer une cure de rémission totale de migraines ne devrait jamais se voir en cabinet. Comme toute profession de santé, notre profession manuelle est limitée.

L’ostéopathe saura cependant proposer différentes techniques visant à améliorer et à espacer les crises migraineuses. Les limites du traitement ostéopathique dépendront bien-sûr de l’origine des symptômes. Certains maux de têtes pouvant l’apparenter à des migraines peuvent venir de simple tensions musculaires induisant une compression nerveuse au niveau du rachis cervical.

 

Certaines migraines pourront être soulagées par l’ostéopathe par le biais de différentes techniques, manipulatoires, crâniennes ou viscérales visant à favoriser le drainage veineux de la boite crânienne et de son contenu ainsi que l’apport de sang artériel à ces structures. Un travail sur le petit bassin ainsi que sur le foie saura dans certains cas soulager vos symptômes et espacer les crises migraineuses.

Si aucuns effets positifs ne sont perçus après le troisième traitement, il est fort probable qu’une autre approche de traitement est à envisager.

 

 

 

 

 

1Cerritelli, Francesco, Emanuele Caprari, Marcello Di Vincenzo, Liana Rina Ginevri, Gabriella Messi, Cinzia Renzetti, Vincenzo Cozzolino, C. Frattesi, Gina Barlafante, and Nicoletta Foschi. “Is Osteopathic Manipulative Treatment Effective in Migraine?” International Journal of Osteopathic Medicine 16, no. 1 (March 1, 2013): e1–2. doi:10.1016/j.ijosm.2013.01.001.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s